Le Cerfav s’ouvre aux Arts Codés à Pantin

C’est sur le site de Pantin, 19 rue Charles Auray,
que le Cerfav est aujourd’hui heureux de participer à une nouvelle aventure alliant savoir-faire numériques et savoir-faire artisanaux.
Grâce à un ensemble de partenaires que sont la Nouvelle Fabrique, le studio In-flexions, les entreprises Magnalucis et Polyrepro,
les locaux situés en Île de France prennent une nouvelle orientation beaucoup plus centrée sur le tissu local pour l’émergence concrète de ce nouveau modèle économique que propose l’éco-système Makers.

logo Les Arts Codés

C’est à l’occasion des DDay’s que nous vous invitons à venir à la rencontre des oeuvres, des outils et des acteurs le vendredi 5 juin, le samedi 6 et le dimanche 7.

Vous trouverez le programme détaillée sur notre site internet http://www.lesartcodes.fr

Il en existe un manifeste :

Depuis les années 80, l’activité humaine poursuit sa métamorphose « digital » passant d’îlots automatisés à une numérisation globale de la société, toujours plus hybridée à notre travail, notre créativité et notre intimité. Les arts codés est un lieu de recherche, de création et de production partagé par plusieurs partenaires qui investissent la conjugaison des savoir-faire traditionnels et de la programmation, vers un possible entre artisanat et micro-industrie numériques. Notre collaboration est riche à la fois d’exigences nouvelles par rapport au travail mais aussi d’expériences concrètes qui permettent de toucher du doigt des façons originales de produire, d’innover, de collaborer, de concevoir.
Aujourd’hui, que ce soit l’impression 3D, l’économie collaborative ou la fabrication distribuée, les nouvelles voies de développement pour l’industrie sont trop souvent associées à un fantasme technologique où l’envie crée instantanément l’objet ou le service, mais ne questionne pas le changement des modes de création, de production ou de consommation qu’elles induisent ou provoquent. L’innovation se situe dans les nouveaux process de création-fabrication-distribution qui permettent de réintégrer le créateur et ses savoir-faire, le consommateur et l’usager, dans l’écologie d’une production numérique moderne et résiliente.

Si l’automatisation de la révolution industrielle a repensé la création de valeur sur les bases du séquençage et de la division des tâches, la spécificité du numérique offre une possible maîtrise de la chaîne de conception, fabrication et distribution. La pratique du créateur, de l’artisan, du designer tend ainsi à devenir systémique et paramétrique. Le développement des programmes d’objets reconfigurables par l’utilisateur et réalisables localement, à des prix de masse, devient une réalité.

LES ARTS CODÉS considère la programmation comme une matière au même potentiel que le bois, le métal, le plastique, le textile, le verre, ou la céramique. Etre artisan/designer numérique, c’est en effet penser sa pratique du projet dans la connaissance des propriétés intrinsèques de la matière numérique et de sa mise en forme au même titre qu’une matière traditionnelle. Capable de développer un travail de transversalité entre plusieurs matières, à la convergence des savoir-faire traditionnels et numériques, LES ARTS CODÉS crée des dynamiques d’échanges réciproques pour faire émerger de nouvelles factures d’objets, procédés techniques et méthodes de travail, à la source de l’innovation.

LES ARTS CODÉS s’engage également dans la transmission des savoir-faire et de cette culture numériques, et forme un lieu de confluence entre grand public, étudiants et professionnels, en animant des ateliers et conférences et en proposant un programme de formations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *