Claire Deleurme : résidence au studio du Corning Museum of Glass

Claire Deleurme : sa résidence d’artiste au Corning Museum of Glass

Claire Deleurme, plasticienne et sculpteur verrier diplômée du Cerfav a passé un mois en résidence aux Etats-Unis. Elle nous raconte ici son quotidien, ses découvertes et la recherche développée dans l’atelier de pâte de verre du Studio du Corning Museum of Glass .

Juillet 2014 : diplômée de la formation Compagnon Verrier Européen du Cerfav

Claire reçoit en juillet 2014 les félicitations du jury pour son travail au cours des deux années de formation en option verre et volume.

14692924896_99aea49245_o
Pendant l’évaluation de fin d’année, entourée du jury au Centre Mondial de la Paix de Verdun, juillet 2014

Ses deux projets de diplôme de Compagnon Verrier Européen, conçus et réalisés pendant la deuxième année de formation :

Claire Deleurme CVE CErfav
« Ce que pansent les vagues » : Urne hydrosoluble, pâte de verre, tissu, fil & ruban hydrosoluble, 2014

Ce que pansent les vagues… est une urne funéraire hydrosoluble pensée pour les nouveaux rituels de la crémation et de la dispersion des cendres en mer. C’est une œuvre qui représente la mort et s’ancre dans le présent pour répondre aux maux du deuil de manière rituelle et poétique.

14529481807_4d8f0cfefe_o
« Généalogie de la douleur » : installation, pâte de verre, broderie, dessin, Cerfav 2014

Généalogie de la Douleur pose un regard poétique sur les transmissions et l’héritage, qui passent par le corps, par le visible et l’invisible… Dans cette image palpable du temps : la jeune fille brode son histoire. Elle porte à son doigt le dé à coudre hérité de son arrière-grand-mère couturière.

Avril 2016 : résidence au Corning Museum of Glass

Claire a donc passé un mois, du 4 avril au 8 mai 2016, au Studio du Corning Museum of Glass à Corning (CMOG), près des chutes du Niagara, dans le département de New-York aux Etats-Unis. Un mois pour poursuivre ses recherches entamées au Cerfav sur son projet « les langages silencieux ». Elle a gentiment accepté de répondre à nos questions.

Déjà pour commencer, pourquoi et comment as-tu postulé ? Qu’est-ce qui t’intéressait dans cette résidence ?

Je souhaitais développer de nouveaux projets artistiques. J’ai fait une recherche sur les différentes bourses et résidences auxquelles je pouvais participer. Puis j’ai envoyé un dossier en octobre 2015. Ce qui m’a intéressée, c’est la dimension internationale de cette résidence. Le studio accueille des artistes sur des projets de recherche, de création en offrant la possibilité de s’y consacrer entièrement pendant un mois. Cette résidence inclus également, outre le voyage et le logement, une bourse pour le matériel et l’accès aux ateliers.

20160504GH - CMoG April A.I.R.'s Day 2, Andrew Erdos and Claire Deleurme, working in the CMoG Studio.
travail à l’atelier – Photo de Gary L Hodges pour le CMOG Studio

Des préparatifs particuliers avant de partir ?
Oui ! Comme un voyage, ça se prépare : paperasse, transports, matériels, fournitures…
Une fois le projet lancé, il m’a fallu fournir au studio une liste détaillée de tout le matériel et des éléments dont j’allais avoir besoin. Le plus long a été de trouver les différentes fournitures sur les sites web américains… ainsi qu’une assurance professionnelle qui veuille bien m’assurer aux Etats-Unis !
J’ai également mené des recherches aux Archives du Musée de Bretagne entre janvier et mars 2016.

Comment s’est passée ton arrivée ? Où logeais-tu ?
Le lendemain de mon arrivée, un pot d’accueil avec une partie de l’équipe du Studio m’attendait ainsi qu’une visite du lieu, une visite commentée du musée et une visite particulière de la bibliothèque – on nous à ouvert les portes de la réserve. Mais avec le décalage horaire les 2-3 premiers jours, on n’en profite pas pleinement !

Je logeais dans l’appartement pour les artistes en Résidence dans le centre de Corning, juste au-dessus du marchand de glace !
Je l’ai partagé avec Andrew Erdos, le second artiste sélectionné pour la résidence du mois d’avril. Andrew est américain, il vit et travaille à New-York, il crée de grandes installations à partir d’éléments soufflés et argentés. Il connaissait bien le lieu pour avoir bénéficié de la résidence de la Rakow Commission en 2013.

Andrew Erdos "Incantations"
Andrew Erdos « Incantations », Blown and cast Glass. Produced at the CMOG. Installation view at the Chimney NY, 2016

Pourrais-tu nous décrire ton quotidien pendant ce mois ?
Atelier-Appartement-Supermarché, c’est la triangulaire de mon mois de résidence ! Le studio était ouvert tout les jours de 8h à 23h durant la semaine et 22h le week-end. Donc j’en ai pleinement profité. Quant au supermarché, il était ouvert 24/24h et 7/7j !

Je commençais ma journée par une petite marche de 15 mn du centre ville à l’atelier en passant par le pont piétonnier au-dessus de la rivière « Chemung ». Début avril, elle était vivifiante, en mai elle s’est faite printanière. Une fois l’épisode neigeux passé, je me suis déplacée à vélo ; c’était plus rapide !

clairedeleurme-residence-cmog-musee1
Entrée du Musée sous la neige
clairedeleurme-residence-cmog-musee2
Entrée du Musée sous le soleil

Arrivée à l’atelier, les journées s’organisaient en fonction de l’avancée de mes recherches. J’avais établi un planning -que j’essayais de suivre- prenant en compte les temps incompressibles de la réalisation des moules, des cuissons et du parachèvement.

clairedeleurme-residence-cmog-atelier5
Dans l’atelier de pâte de verre du CMOG

Avec Andrew, nous étions très autonomes. Chacun s’est affairé sur ses projets. Nous nous retrouvions parfois pour manger sur le pouce à l’atelier ou pour cuisiner une fois rentrés à l’appartement.
Dans les moments de détente, j’allais à la piscine à 5 mn du Studio ou flâner dans les petits parcs au bord de la rivière !

Tu peux nous donner plus de détails sur ton projet de résidence ?
J’avais planifié de développer le chapitre trois « histoire de brodeuses » de mon projet « les langages silencieux ».
Ce chapitre permet de révéler et ré-imaginer l’histoire des femmes par des objets, principalement des mouchoirs brodés de leurs initiales. C’est une série de pièces en pâte de verre à laquelle j’envisageais de combiner des gravures, du texte et des photos. L’ensemble raconte l’identité des femmes à l’aube du 20e siècle.

clairedeleurme-residence-cmog-cire6
Etape 1 : réalisation des mouchoirs en cire dans des moules en Alginate

Un mois ça passe très vite ! Le temps de me familiariser avec l’atelier, de faire des tests, de trouver des processus… J’ai finalement réussi à réaliser 7 mouchoirs. Je vais maintenant prendre le temps de développer l’image et l’écrit dans un prochain chapitre.

Jour 2, travail à l'atelier - Photo de Gary L Hodges pour le CMoG Studio
« Marie.S » pâte de verre réalisée au Studio du Corning Museum of Glass – Photo de Gary L Hodges pour le CMOG Studio

Quel était l’équipement auquel tu avais accès dans l’atelier de pâte de verre? 
Il y a tout ce qu’il faut ! Il suffit juste de demander ! L’équipe technique est très disponible pour favoriser le temps de création. Un espace de travail spécialement pour les artistes, puis les espaces communs à partager, salle des fours, salle de modelage, salle pour la cire, espace de travail à froid. Il faut juste s’habituer à tout convertir degré Celsius versus Fahrenheit, cm versus pouces …

clairedeleurme-residence-cmog-moulage10
Atelier de moulage du CMOG
clairedeleurme-residence-cmog-moulage9
Atelier de moulage du CMOG
clairedeleurme-residence-cmog-fours11
Salle des fours de pâte de verre CMOG
clairedeleurme-residence-cmog-atelierfroid13
Atelier à froid, CMOG

Tu as fait de belles rencontres ? 
Oui, l’amicale équipe du Studio !

Si tu devait dresser un bilan de cette expérience, que dirais-tu ?
Très positif ! Le temps de résidence a été dense et créatif. Je suis arrivée là avec mes idées et j’ai pu les mettre en oeuvre. Bien sûr le verre reste le verre, alors j’ai oscillé entre défaites et victoires mais je suis enchantée du résultat obtenu. Et puis maintenant je peux travailler dans les ateliers nord américains, j’ai développé mon vocabulaire et mes connaissances techniques en anglais.

A l’atelier - Crédit photo : Gary L. Hodges pour le Corning Museum of Glass
A l’atelier – Crédit photo : Gary L. Hodges pour le Corning Museum of Glass

Mon seul regret à la fin de la résidence, c’est que j’ai privilégié les réalisations et n’ai pas trouvé le temps de profiter du musée et de la bibliothèque comme j’aurai voulu. Mais je me suis rattrapée cet été.

Tu as du visiter le reste du musée, j’imagine, qu’en as-tu retenu ?
C’est le paradis du verrier ! Une collection impressionnante qui révèle ses surprises à chaque visite. Un certain côté « show » qui va bien avec le soufflage ou le travail au chalumeau pour des démonstrations publiques, une démocratisation du verre par une approche tout public avec des ateliers au Studio accessibles à tous.

clairedeleurme-residence-cmog-musee14
A l’intérieur du Corning Museum of Glass
clairedeleurme-residence-cmog-cityscape-jay-musler
« Cityscape » : Jay Musler, 1981, Corning Museum of Glass
clairedeleurme-residence-cmog-karen-lamonte15
« Evening Dress with Shawl » : Karen LaMonte, 2004, Corning Museum of Glass

Je suppose que tu en as profité pour faire du tourisme dès que tu le pouvais. Des coups de coeur ?
Pendant la résidence, je n’ai pas vraiment eu le temps de faire la touriste et puis avril c’est encore l’hiver en Amérique du Nord ! Je suis arrivée avec l’hiver et repartie avec le printemps.

En revanche, j’ai eu la chance de pouvoir revenir en été et il a fait très beau et chaud. Corning est dans la région des grands lacs, il y a des belles promenades avec des chutes, c’est également une région vinicole avec des beaux marchés extérieurs.

Côté gastronomie, en mai c’est la pleine période des homards, un régal !

Tu es donc revenue en été ? Toujours pour des raisons professionnelles ?
Oui, effectivement, puisque j’ai eu la chance de bénéficier d’une bourse pour suivre un cours d’été au Studio. A peine rentrée en France, je suis donc repartie à Corning pour vivre ces instants magiques de réunions de verriers. Le Studio avait alors un tout autre visage. Après la tranquillité solitaire de la résidence, c’était l’effervescence et le partage de connaissances avec les verriers du monde entier.

clairedeleurme-residenceatelier-cmog

Et maintenant, quels sont tes projets ?
Après cette année riche en voyages et créations, je m’envole prochainement pour le Canada rencontrer d’autres verriers nord-américains !

Bonne continuation Claire et à très vite pour la suite alors 🙂

Fanny, pour le CERFAV

Une réflexion au sujet de « Claire Deleurme : sa résidence d’artiste au Corning Museum of Glass »

  1. Bravo à toi .qu’elle belle expérience et créativité ! J ai eu le coup de coeur pour ton urne des vagues qui panse nt. Ou se la procurer ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *